Présentation



Richeaume XIII

Un espace funéraire, de l’Antiquité au Haut Moyen-Âge, sur le piémont méridional de la Sainte-Victoire : approche pluridisciplinaire. CCJ-CNRS-UMR 7299

Sous la direction de Fl. Mocci (CENTRE CAMILLE JULLIAN/CNRS-UMR7299), G. Granier (Unité d’Anthropologie Bioculturelle, CNRS/UMR 6578) et V. Dumas (Centre Camille Jullian/CNRS-UMR 6573).

Le site de Richeaume XIII est implanté à l’ouest de la commune de Puyloubier (BdR, 13), sur une des terrasse caillouteuses (nappe fluviatile torrentielle) surplombant, en rive gauche, le ruisseau de la Naïsse et la villa de Richeaume située 200 m plus au sud-ouest.

Un certain nombre de vestiges funéraires et bâtis confirment la présence d’une nécropole liée à la villa antique de Richeaume et à une occupation plus tardive : vaste bâtiment funéraire de 165 m2 et crémations du Haut Empire, inhumations sous bâtière de l’Antiquité tardive et du Haut moyen-âge.

Dans un cadre pluridisciplinaire, différents spécialistes interviennent auprès des archéologues et anthropologues de terrain : prospections géophysiques terrestres effectuées par l’équipe du CEREGE, géomorphologues et environnementalistes de l’IMBE (UMR CNRS 7263, Technopole de l’Arbois), du LA3M (UMR 7298, MMSH) et de la Direction Archéologie d’Aix en Provence, archéologues et bioanthropologues de l’Université de York ont également collaboré à cette opération.

Fouilles Richeaume 13 - Cliché Fl. Mocci, CCJ-CNRS

La tomographie de résistivité électrique

La méthode ERT

La tomographie de résistivité électrique (ERT en anglais) est une méthode non destructrice d’analyse, qui permet d’imager en 2D (ou 3D) les variations de résistivité électrique du sous-sol. Cette résistivité est déduite de la mesure de la différence de potentiel entre deux électrodes après injection d’un courant électrique de faible intensité (<1A) par un autre couple d’électrode (quadripôle). La technique tomographique consiste à faire varier la position et l’espacement d’un grand nombre de ces quadripôles afin d’obtenir des valeurs de résistivités apparentes correspondant à différentes positions et profondeurs.
Une modélisation par inversion est nécessaire pour obtenir une image exploitable de la distribution des résistivités réelles en chaque point de mesure. Ce traitement est effectué à l’aide de logiciels dédiés. Celui que nous utilisons est le logiciel RES2DINV (Loke et Barker, 1996). L’image obtenue est une représentation en coupe (X, Z) et en continu des variations de résistivités des terrains traversés. L’analyse de cette image permet d’identifier et de localiser des matériaux présentant des contrastes de résistivités.
L’ERT a des applications dans différents domaines de la géologie et trouve une place grandissante en archéologie car elle est particulièrement bien adaptée pour mettre en évidence des objets enfouis, comme des murs, qui vont présenter des contrastes de résistivité importants avec le matériel encaissant.

Utilisation de l’ERT sur le site de Richeaume
L’utilisation de cette méthode sur le site de Richeaume vise deux objectifs :
–    Mettre en évidence des objets potentiellement anthropiques et si possible, définir leur géométrie : murs, sépultures, accumulations de matériaux et aménagements divers.
–    Replacer ces objets dans un contexte géologique et géomorphologique : caractérisation du substrat géologique, des terrasses de la Naîsse, mise en évidence de chenaux.

Séminaire au “Department of Archaeology” The University of York

Dans le cadre de la collaboration pluridisciplinaire,  l’équipe d’archéologues de Richeaume XIII présentera un séminaire à l’Université de York le 4 Mai 2012.

Vivre et mourir autour de la Montagne Sainte Victoire entre le Ier et VIe siècle de notre ère

Life and death on the Sainte Victoire Mountain (Aix-en-Provence) between the first and sixth centuries AD, Fl. Mocci, G. Granier, C. Cenzon-Salvayre, T. Bartette, O. Craig and K. Walsh

The Sainte Victoire Mountain comprises a 1000-m high, 10-km long massif that stands out as an enigmatic form in the Aixois hinterland. Archaeological survey, excavation and environmental evidence from the mountain and its abutting plain will be presented within a framework that assesses population dynamics in this marginal rural area during the Roman period. We will consider the nature of landscape management and engagement with natural environmental processes. We will also consider issues of continuity/discontinuity of settlement and tenure, as well as practices associated with funeral rites. The principal case study employed is the Richeaume villa and associated Necropolis.

Céramologie

Comme sur la plupart des sites archéologiques antiques, le mobilier céramique de la nécropole de Richeaume XIII nous a permis, entre autres, d’établir la chronologie de son établissement et d’apprécier divers aspects cultuels et commerciaux alors en place entre le milieu du Ier et le IIIe siècle dans la région du bassin de l’Arc.

De manière générale, les céramiques déposées au sein des structures funéraires ou faisant office d’urnes cinéraires sont d’usage courant dans la sphère domestique : il ne s’agit pas d’un mobilier spécifiquement funéraire, mais plutôt d’objets usuels de la vie quotidienne. On y retrouve majoritairement des céramiques de production locale et probablement utilisées sur le site de la villa de Richeaume I toute proche : céramiques communes en grand nombre (coupes et cruches en pâte calcaire ou ollae en communes brunes de Provence occidentale), vaisselle (coupes en sigillée sud-gauloise et en céramique à pâte calcaire engobée), amphores gauloises et lampes. On retrouve de l’importé gaulois : sig-sg.

Aline Lacombe-Aura Fossati-Céline Huguet.

Cliché: Urne – Assiette type NIN 4.110 (variante) : Céramique commune brune de Provence Occidentale – Milieu Ier-IIe s. de notre ère.

 

Nouvelle campagne de fouille 2011

Le 5 septembre 2011 a débuté une nouvelle campagne de fouille !

Nous voici donc repartis pour un mois de fouille au pied de la Sainte Victoire.

La chaleur exceptionnelle de ce mois de septembre n’ a pas découragé les 22 bénévoles de la campagne de fouille 2011 menée du 5 septembre au 5 octobre (étudiants des Universités d’Aix-Marseille, Rennes, Paris-Sorbonne, Bordeaux, York (GB)….L’accueil des bénévoles et stagiaires s’est fait en deux vagues successives toujours dans une très bonne ambiance de travail et plus…Nous remercions ce cru 2011 (fort en tanin…et méritant le marquage AOC…richeaumien!!!)

A l’intérieur du bâtiment funéraire, aux côtés de structures fossoyées agricoles antiques, deux grands bûchers funéraires du Haut Empire ont été identifiés. Le bûcher fouillé (1,40 x 0,80 m) a révélé un important mobilier céramique, métallique et verre.

Au nord de ce bâtiment, le premier niveau de circulation en creux, constitué de dalles de grès, a été mis au jour. D’autres vestiges funéraires ont été découverts autour du bâtiment et à l’extrémité nord de la nécropole : structure à crémation contenant exclusivement des os de faune brûlés (acte prenant part aux pratiques funéraires, dépôts secondaires?).

Petit Bonus, montage photo du dernier jour de fouille…


Vidéo réalisée par P. Groscaux (CNRS-CCJ/AMU-Oct.2011)

Anthracologie

L’anthracologie est l’étude des charbons de bois issus de sites archéologiques. L’anthraco-analyse est la reconnaissance des taxons par leurs caractéristiques anatomiques.

Sur les sites à caractère funéraire, tels que Richeaume, deux modes principaux de dépôts coexistent : l’inhumation et la crémation. Cette dernière, naturellement révélée par les restes de bois carbonisés, constitue un contexte privilégié pour les prélèvements anthracologiques. Tous ces restes sont susceptibles de nous informer sur l’aménagement des bûchers funéraires, sur leurs conduites et sur les différents dépôts d’origine végétale.

L’idée principale est d’obtenir un maximum d’informations et de données brutes, statistiquement fiables pour une étude complète et de permettre une interprétation correcte. La méthode doit être mise en place avec l’accord d’un anthracologue et doit s’adapter à la structure archéologique. Comme toutes les disciplines bioarchéologiques, l‘anthracologie est confrontée aux problèmes de la prise de données sur le terrain. Sur le site de Richeaume, un protocole de prélèvement a été mis en place en collaboration avec l’anthropologue (mise en place du carroyage , maille à déterminer selon la taille de la structure) qui permettra de prélever le sédiment exhaustivement par unités stratigraphiques, carrés et passes. L‘ensemble des charbons de bois, recueillis au tamisage par unité, constitue l‘échantillon archéologique.

L’analyse spatiale est un bon outil pour révéler la répartition différentielle dans l’espace des différentes essences utilisées ou bien des différences de calibration si elles existent.

Carine Cenzon Salvayre- -Doctorante-LAMM (UMR 6572)/CCJ (UMR 6573) Aix-Marseille Université.

Opération 2010

La campagne de fouille de 2010 a été l’occasion pour l’équipe de Richeaume XIII de repartir vers une nouvelle opération pluriannuelle programmée 2010-2012!

Les objectifs de cette campagne 2010 étaient de poursuivre la fouille du bâtiment funéraire et des ses abords.

Cette campagne a mis au jour 3 sépultures à inhumation et 1 fosse à résidus cendreux. Une des inhumations dont l’aménagement se compose d’une bâtière présente un sujet âgé (plus de 60 ans) présentant d’importantes atteintes dégénératives (notamment du rachis). A l’extérieur de la bâtière, des ossements en position secondaire (réduction) ont été déposés (il s’agit d’un sujet adulte féminin appartenant à la classe des 30-59 ans).

Dépôt primaire individuel-sujet immature.Cliché Mocci CCJ/CNRS.

De plus, une inhumation renferme un dépôt primaire individuel d’un sujet immature dans une structure aménagée avec soin : un coffrage calé ménage un espace interne à la fosse pour recevoir le corps, les restes dentaires ont même permis d’estimer son âge au décès : il appartient à la classe des 1- 4 ans.

L’analyse du mobilier céramique a porté sur un nombre de tessons assez faible, révélant une forte proportion productions locales, en particulier au sein des céramiques communes, qui
sont composées en majorité de céramiques communes à pâte calcaire et les céramiques communes brunes de Provence occidentale.

L’année 2010 a été aussi l’occasion d’obtenir des résultats sur l’étude biomoléculaire (isotopes) des squelettes issus de plusieurs inhumations par le laboratoire de bioarchéologie de l’université de York-GB.

Visite du site

 

Campagne de fouille 2007-2009

Cliché-Mocci-CCJ/CNRS

 

 

 

Trois campagnes de fouilles sur le site de Richeaume XIII, ont révélé la présence d’un grand édifice funéraire carré ainsi que 26 sépultures.

Ces structures se rattachent au Haut Empire, à l’Antiquité tardive et au Haut moyen âge.

Plus en détails, les phases d’occupation de la nécropole sont les suivantes :
– Implantation et aménagement de la nécropole au Ier s. de n.è.
– Développement de la nécropole au Haut Empire du dernier Quart du Ier s. au premier quart du IIe s. de n.è.
– Aménagements aux abords du bâtiment funéraire du deuxième quart du IIe s. au milieu du IIIe s. de n.è.
– Abandon du bâtiment (courant III s.?)
– Témoignage d’occupation de l’Antiquité tardive et du Haut moyen âge.

 

Au total, 11 inhumations, 5 fosses-bûchers, 3 tombes-bûchers et 2 dépôts secondaires ont été fouillées et étudiées.

Structure à crémation en cours de fouille. Cliché Mocci CCJ/CNRS.

L’étude archéo-thanatologique et biologique, a permis de révéler un certain nombre d’informations tant pour les rites funéraires, le recrutement de la population que la topographie générale des tombes. Les restes osseux des crémations montrent qu’un prélèvement a été systématiquement opéré sur le résidu pour dépôt dans un second lieu (sépulture définitive).

En ce qui concerne les inhumations, pour la période du Haut Empire  les sépultures à inhumation sont représentées par 8 tout-petits, 1 immature adolescent (10-14 ans), et 10 sujets adultes. A l’Antiquité tardive, une structure à inhumation contenant les restes d’un individu en place et de deux réductions.

Vue depuis l'est du squelette d'un immature (Sp2) après dépose de la bâtière (cliché Ph. Groscaux, CNRS-CCJ, 2007)

 

Et enfin, une seule structure représente la période d’occupation du Haut moyen âge, dans laquelle ont été trouvés les restes d’un immature appartenant à la classe des 5-9 ans (photo ci-joint).