Nouvelle campagne de fouille 2011

Le 5 septembre 2011 a débuté une nouvelle campagne de fouille !

Nous voici donc repartis pour un mois de fouille au pied de la Sainte Victoire.

La chaleur exceptionnelle de ce mois de septembre n’ a pas découragé les 22 bénévoles de la campagne de fouille 2011 menée du 5 septembre au 5 octobre (étudiants des Universités d’Aix-Marseille, Rennes, Paris-Sorbonne, Bordeaux, York (GB)….L’accueil des bénévoles et stagiaires s’est fait en deux vagues successives toujours dans une très bonne ambiance de travail et plus…Nous remercions ce cru 2011 (fort en tanin…et méritant le marquage AOC…richeaumien!!!)

A l’intérieur du bâtiment funéraire, aux côtés de structures fossoyées agricoles antiques, deux grands bûchers funéraires du Haut Empire ont été identifiés. Le bûcher fouillé (1,40 x 0,80 m) a révélé un important mobilier céramique, métallique et verre.

Au nord de ce bâtiment, le premier niveau de circulation en creux, constitué de dalles de grès, a été mis au jour. D’autres vestiges funéraires ont été découverts autour du bâtiment et à l’extrémité nord de la nécropole : structure à crémation contenant exclusivement des os de faune brûlés (acte prenant part aux pratiques funéraires, dépôts secondaires?).

Petit Bonus, montage photo du dernier jour de fouille…


Vidéo réalisée par P. Groscaux (CNRS-CCJ/AMU-Oct.2011)

Opération 2010

La campagne de fouille de 2010 a été l’occasion pour l’équipe de Richeaume XIII de repartir vers une nouvelle opération pluriannuelle programmée 2010-2012!

Les objectifs de cette campagne 2010 étaient de poursuivre la fouille du bâtiment funéraire et des ses abords.

Cette campagne a mis au jour 3 sépultures à inhumation et 1 fosse à résidus cendreux. Une des inhumations dont l’aménagement se compose d’une bâtière présente un sujet âgé (plus de 60 ans) présentant d’importantes atteintes dégénératives (notamment du rachis). A l’extérieur de la bâtière, des ossements en position secondaire (réduction) ont été déposés (il s’agit d’un sujet adulte féminin appartenant à la classe des 30-59 ans).

Dépôt primaire individuel-sujet immature.Cliché Mocci CCJ/CNRS.

De plus, une inhumation renferme un dépôt primaire individuel d’un sujet immature dans une structure aménagée avec soin : un coffrage calé ménage un espace interne à la fosse pour recevoir le corps, les restes dentaires ont même permis d’estimer son âge au décès : il appartient à la classe des 1- 4 ans.

L’analyse du mobilier céramique a porté sur un nombre de tessons assez faible, révélant une forte proportion productions locales, en particulier au sein des céramiques communes, qui
sont composées en majorité de céramiques communes à pâte calcaire et les céramiques communes brunes de Provence occidentale.

L’année 2010 a été aussi l’occasion d’obtenir des résultats sur l’étude biomoléculaire (isotopes) des squelettes issus de plusieurs inhumations par le laboratoire de bioarchéologie de l’université de York-GB.

Visite du site

 

Campagne de fouille 2007-2009

Cliché-Mocci-CCJ/CNRS

 

 

 

Trois campagnes de fouilles sur le site de Richeaume XIII, ont révélé la présence d’un grand édifice funéraire carré ainsi que 26 sépultures.

Ces structures se rattachent au Haut Empire, à l’Antiquité tardive et au Haut moyen âge.

Plus en détails, les phases d’occupation de la nécropole sont les suivantes :
– Implantation et aménagement de la nécropole au Ier s. de n.è.
– Développement de la nécropole au Haut Empire du dernier Quart du Ier s. au premier quart du IIe s. de n.è.
– Aménagements aux abords du bâtiment funéraire du deuxième quart du IIe s. au milieu du IIIe s. de n.è.
– Abandon du bâtiment (courant III s.?)
– Témoignage d’occupation de l’Antiquité tardive et du Haut moyen âge.

 

Au total, 11 inhumations, 5 fosses-bûchers, 3 tombes-bûchers et 2 dépôts secondaires ont été fouillées et étudiées.

Structure à crémation en cours de fouille. Cliché Mocci CCJ/CNRS.

L’étude archéo-thanatologique et biologique, a permis de révéler un certain nombre d’informations tant pour les rites funéraires, le recrutement de la population que la topographie générale des tombes. Les restes osseux des crémations montrent qu’un prélèvement a été systématiquement opéré sur le résidu pour dépôt dans un second lieu (sépulture définitive).

En ce qui concerne les inhumations, pour la période du Haut Empire  les sépultures à inhumation sont représentées par 8 tout-petits, 1 immature adolescent (10-14 ans), et 10 sujets adultes. A l’Antiquité tardive, une structure à inhumation contenant les restes d’un individu en place et de deux réductions.

Vue depuis l'est du squelette d'un immature (Sp2) après dépose de la bâtière (cliché Ph. Groscaux, CNRS-CCJ, 2007)

 

Et enfin, une seule structure représente la période d’occupation du Haut moyen âge, dans laquelle ont été trouvés les restes d’un immature appartenant à la classe des 5-9 ans (photo ci-joint).

 

Présentation



Richeaume XIII

Un espace funéraire, de l’Antiquité au Haut Moyen-Âge, sur le piémont méridional de la Sainte-Victoire : approche pluridisciplinaire. CCJ-CNRS-UMR 7299

Sous la direction de Fl. Mocci (CENTRE CAMILLE JULLIAN/CNRS-UMR7299), G. Granier (Unité d’Anthropologie Bioculturelle, CNRS/UMR 6578) et V. Dumas (Centre Camille Jullian/CNRS-UMR 6573).

Le site de Richeaume XIII est implanté à l’ouest de la commune de Puyloubier (BdR, 13), sur une des terrasse caillouteuses (nappe fluviatile torrentielle) surplombant, en rive gauche, le ruisseau de la Naïsse et la villa de Richeaume située 200 m plus au sud-ouest.

Un certain nombre de vestiges funéraires et bâtis confirment la présence d’une nécropole liée à la villa antique de Richeaume et à une occupation plus tardive : vaste bâtiment funéraire de 165 m2 et crémations du Haut Empire, inhumations sous bâtière de l’Antiquité tardive et du Haut moyen-âge.

Dans un cadre pluridisciplinaire, différents spécialistes interviennent auprès des archéologues et anthropologues de terrain : prospections géophysiques terrestres effectuées par l’équipe du CEREGE, géomorphologues et environnementalistes de l’IMBE (UMR CNRS 7263, Technopole de l’Arbois), du LA3M (UMR 7298, MMSH) et de la Direction Archéologie d’Aix en Provence, archéologues et bioanthropologues de l’Université de York ont également collaboré à cette opération.

Fouilles Richeaume 13 - Cliché Fl. Mocci, CCJ-CNRS