Céramologie

Comme sur la plupart des sites archéologiques antiques, le mobilier céramique de la nécropole de Richeaume XIII nous a permis, entre autres, d’établir la chronologie de son établissement et d’apprécier divers aspects cultuels et commerciaux alors en place entre le milieu du Ier et le IIIe siècle dans la région du bassin de l’Arc.

De manière générale, les céramiques déposées au sein des structures funéraires ou faisant office d’urnes cinéraires sont d’usage courant dans la sphère domestique : il ne s’agit pas d’un mobilier spécifiquement funéraire, mais plutôt d’objets usuels de la vie quotidienne. On y retrouve majoritairement des céramiques de production locale et probablement utilisées sur le site de la villa de Richeaume I toute proche : céramiques communes en grand nombre (coupes et cruches en pâte calcaire ou ollae en communes brunes de Provence occidentale), vaisselle (coupes en sigillée sud-gauloise et en céramique à pâte calcaire engobée), amphores gauloises et lampes. On retrouve de l’importé gaulois : sig-sg.

Aline Lacombe-Aura Fossati-Céline Huguet.

Cliché: Urne – Assiette type NIN 4.110 (variante) : Céramique commune brune de Provence Occidentale – Milieu Ier-IIe s. de notre ère.