La tomographie de résistivité électrique

La méthode ERT

La tomographie de résistivité électrique (ERT en anglais) est une méthode non destructrice d’analyse, qui permet d’imager en 2D (ou 3D) les variations de résistivité électrique du sous-sol. Cette résistivité est déduite de la mesure de la différence de potentiel entre deux électrodes après injection d’un courant électrique de faible intensité (<1A) par un autre couple d’électrode (quadripôle). La technique tomographique consiste à faire varier la position et l’espacement d’un grand nombre de ces quadripôles afin d’obtenir des valeurs de résistivités apparentes correspondant à différentes positions et profondeurs.
Une modélisation par inversion est nécessaire pour obtenir une image exploitable de la distribution des résistivités réelles en chaque point de mesure. Ce traitement est effectué à l’aide de logiciels dédiés. Celui que nous utilisons est le logiciel RES2DINV (Loke et Barker, 1996). L’image obtenue est une représentation en coupe (X, Z) et en continu des variations de résistivités des terrains traversés. L’analyse de cette image permet d’identifier et de localiser des matériaux présentant des contrastes de résistivités.
L’ERT a des applications dans différents domaines de la géologie et trouve une place grandissante en archéologie car elle est particulièrement bien adaptée pour mettre en évidence des objets enfouis, comme des murs, qui vont présenter des contrastes de résistivité importants avec le matériel encaissant.

Utilisation de l’ERT sur le site de Richeaume
L’utilisation de cette méthode sur le site de Richeaume vise deux objectifs :
–    Mettre en évidence des objets potentiellement anthropiques et si possible, définir leur géométrie : murs, sépultures, accumulations de matériaux et aménagements divers.
–    Replacer ces objets dans un contexte géologique et géomorphologique : caractérisation du substrat géologique, des terrasses de la Naîsse, mise en évidence de chenaux.