Céramologie

Comme sur la plupart des sites archéologiques antiques, le mobilier céramique de la nécropole de Richeaume XIII nous a permis, entre autres, d’établir la chronologie de son établissement et d’apprécier divers aspects cultuels et commerciaux alors en place entre le milieu du Ier et le IIIe siècle dans la région du bassin de l’Arc.

De manière générale, les céramiques déposées au sein des structures funéraires ou faisant office d’urnes cinéraires sont d’usage courant dans la sphère domestique : il ne s’agit pas d’un mobilier spécifiquement funéraire, mais plutôt d’objets usuels de la vie quotidienne. On y retrouve majoritairement des céramiques de production locale et probablement utilisées sur le site de la villa de Richeaume I toute proche : céramiques communes en grand nombre (coupes et cruches en pâte calcaire ou ollae en communes brunes de Provence occidentale), vaisselle (coupes en sigillée sud-gauloise et en céramique à pâte calcaire engobée), amphores gauloises et lampes. On retrouve de l’importé gaulois : sig-sg.

Aline Lacombe-Aura Fossati-Céline Huguet.

Cliché: Urne – Assiette type NIN 4.110 (variante) : Céramique commune brune de Provence Occidentale – Milieu Ier-IIe s. de notre ère.

 

Nouvelle campagne de fouille 2011

Le 5 septembre 2011 a débuté une nouvelle campagne de fouille !

Nous voici donc repartis pour un mois de fouille au pied de la Sainte Victoire.

La chaleur exceptionnelle de ce mois de septembre n’ a pas découragé les 22 bénévoles de la campagne de fouille 2011 menée du 5 septembre au 5 octobre (étudiants des Universités d’Aix-Marseille, Rennes, Paris-Sorbonne, Bordeaux, York (GB)….L’accueil des bénévoles et stagiaires s’est fait en deux vagues successives toujours dans une très bonne ambiance de travail et plus…Nous remercions ce cru 2011 (fort en tanin…et méritant le marquage AOC…richeaumien!!!)

A l’intérieur du bâtiment funéraire, aux côtés de structures fossoyées agricoles antiques, deux grands bûchers funéraires du Haut Empire ont été identifiés. Le bûcher fouillé (1,40 x 0,80 m) a révélé un important mobilier céramique, métallique et verre.

Au nord de ce bâtiment, le premier niveau de circulation en creux, constitué de dalles de grès, a été mis au jour. D’autres vestiges funéraires ont été découverts autour du bâtiment et à l’extrémité nord de la nécropole : structure à crémation contenant exclusivement des os de faune brûlés (acte prenant part aux pratiques funéraires, dépôts secondaires?).

Petit Bonus, montage photo du dernier jour de fouille…


Vidéo réalisée par P. Groscaux (CNRS-CCJ/AMU-Oct.2011)

Anthracologie

L’anthracologie est l’étude des charbons de bois issus de sites archéologiques. L’anthraco-analyse est la reconnaissance des taxons par leurs caractéristiques anatomiques.

Sur les sites à caractère funéraire, tels que Richeaume, deux modes principaux de dépôts coexistent : l’inhumation et la crémation. Cette dernière, naturellement révélée par les restes de bois carbonisés, constitue un contexte privilégié pour les prélèvements anthracologiques. Tous ces restes sont susceptibles de nous informer sur l’aménagement des bûchers funéraires, sur leurs conduites et sur les différents dépôts d’origine végétale.

L’idée principale est d’obtenir un maximum d’informations et de données brutes, statistiquement fiables pour une étude complète et de permettre une interprétation correcte. La méthode doit être mise en place avec l’accord d’un anthracologue et doit s’adapter à la structure archéologique. Comme toutes les disciplines bioarchéologiques, l‘anthracologie est confrontée aux problèmes de la prise de données sur le terrain. Sur le site de Richeaume, un protocole de prélèvement a été mis en place en collaboration avec l’anthropologue (mise en place du carroyage , maille à déterminer selon la taille de la structure) qui permettra de prélever le sédiment exhaustivement par unités stratigraphiques, carrés et passes. L‘ensemble des charbons de bois, recueillis au tamisage par unité, constitue l‘échantillon archéologique.

L’analyse spatiale est un bon outil pour révéler la répartition différentielle dans l’espace des différentes essences utilisées ou bien des différences de calibration si elles existent.

Carine Cenzon Salvayre- -Doctorante-LAMM (UMR 6572)/CCJ (UMR 6573) Aix-Marseille Université.